En utilisant ce site, vous acceptez les Termes et Conditions et notre utilisation des cookies
Livraison rapide - Choix des transporteurs
Témoignage
Produits tendance spéciaux
Produits les plus vendus

VS0128

 

COUPLE GALVANIQUE OU ELECTRO-CHIMIQUE (01/2015)

 

 

Préambule

 

Un savant italien, Luigi Galvani, médecin & philosophe découvrit tout à fait par hasard que dans certaines circonstances des pattes de grenouilles reliées à des métaux différents se contractaient. Cette découverte conduisit ensuite le physicien Allessandro Volta à inventer la « pile » électrique… Mais l’effet de base garda le nom de "galvanique" en hommage au bon docteur.

 

Alors de quoi s’agit-il ?


Des métaux différents plongés dans un liquide contenant des radicaux libres (appelé electrolyte) échangent des ions, créant un courant électrique. L’un des métaux va s’oxyder et se dissoudre, l’ anode. L’autre métal va recevoir ces ions et former une couche de composition complexe dépendant du type des métaux en présence avec dégagement d’hydrogène. Il se crée une pile électrochimique.

 

Dans quel cas il y a corrosion galvanique


• Pour qu’il y est corrosion galvanique, il faut donc 4 conditions :
- Un electrolyte dans lequel circuleront les ions. Dans notre cas bien sur de l’eau. Il faut qu’il puisse conduire l’électricité ! Ca marchera beaucoup mieux en eau salée qu’en eau douce. Mais attention l’eau vraiment pure est très rare dans la nature et l’acidité naturelle (ph) joue un rôle similaire et complexe.
- Un métal « A » l’anode dit le moins « noble »
- Un métal « C » la cathode dit le plus « noble »
- Et il faut que le courant puisse circuler, donc qu’il y est un contact métal/métal ou continuité électrique entre les deux métaux.

 

Comment sont classé les métaux ?


• Les métaux peuvent être classés en fonction de leur « potentiel galvanique ». La différence de potentiel entre deux métaux est appelée « couple galvanique ». Il est alors possible d’établir des tables permettant de prédire les risques de corrosion. Elles sont en général basées sur des mesures réalisées dans de l'eau salée (teneur en sel 2 à 3%), agitée et à 25°C. Plus le couple galvanique entre les deux métaux sera important et plus forte sera la corrosion. Il est admis qu’en dessous de 200mV le phénomène est négligeable.

Tableau du "couple galvanique" en fonction des alliances des métaux

 

Comment traiter le problème ?


Plusieurs méthodes, du plus simple au plus compliqué :


- Choisir des métaux aussi compatibles que possible: Sur une vis en laiton mettre par ordre de préférence un écrou laiton (0mv) ou en inox ( 200mv) plutôt qu’en acier zingué (750mv).


- Couper le circuit électrique en évitant le contact direct des deux métaux, le phénomène s’atténuant très vite avec la distance : Intercaler des rondelles isolantes.


- Eliminer le contact électrolyte/métaux : Très simple avec une couche de graisse (rappelez vous sur vos voitures les plots de batteries en plomb et les cosses en laiton avec une couche de graisse !) . Autre solution très efficace, une bonne couche de peinture (mais faut pas rayer la peinture…).


- Utiliser un troisième métal pour créer une « anode » dite sacrificielle ; c’est elle qui disparaîtra, protégeant les autres métaux. On utilise en général le zinc, l’un des métaux les moins « nobles ».


- Installer un dispositif complexe de contre-accus annulant les courants de corrosion.